Archives de l’auteur : vincent

Abonnés

ACTUEL 51 – La contagion des désordres mondiaux

Notre génération est en train de perdre le pari qu’Albert Camus avait proposé à la sienne : empêcher que le monde se défasse… Nous avons collectivement vécu ces trente dernières années comme Les Somnambules que décrit Christopher Clark en amont de la Grande Guerre : avec désinvolture et irresponsabilité. Autant il paraît vain de s’acharner à réécrire l’histoire, voire à la manipuler, autant il n’est pas inutile d’insister sur ce qui, politiquement et stratégiquement, peut déclencher la bascule du désordre, puis du chaos, enfin du déclin. Il s’agit pour l’essentiel de l’interférence croissante et, à notre époque, décisive, qui se crée entre les mouvements du monde – les influences externes – et la cohésion des sociétés – la stabilité interne. Ces deux paramètres, que différencie le niveau de mobilité, demeurent compatibles et mutuellement positifs tant que la porosité des sociétés parvient à filtrer et contenir les mouvements du monde. En général, il est fructueux que les fluctuations du monde influent sur le cours des sociétés, mais seulement dans les limites que les équilibres internes de celles-ci peuvent supporter, d’où vient leur tentation du protectionnisme. Lorsque les sociétés sont immobiles, conservatrices ou convaincues d’avoir trouvé leur modèle de référence, elles résistent plutôt bien dans les premiers temps aux bourrasques venues du large, parce qu’elles donnent l’apparence de la solidité. Mais si elles ne parviennent pas à échafauder des parades ou à atténuer leurs vulnérabilités, elles finissent par s’épuiser et par succomber aux assauts du vent. C’est ainsi que disparurent des civilisations endogènes et des empires disparates. C’est ainsi que la diversité offensive du monde ronge l’uniformité des nations, inlassablement, comme la force de l’océan érode les falaises côtières. C’est ainsi que, secoué par les déséquilibres, le monde se défait autant par la dispersion de la communauté des nations que par l’éclatement intime des sociétés démocratiques rongées par leurs propres divisions.

Lire la suite

Abonnés

ACTUEL 50 – Avis de tempête planétaire

L’été 2018 va rester dans les annales et pas seulement pour des raisons caniculaires. Annoncée depuis plusieurs mois, la tempête s’est levée en plusieurs points du globe et les prévisions météorologiques la concernant sont plutôt inquiétantes. Le vent souffle de plusieurs endroits à la fois, mais le vent d’Amérique est aujourd’hui le plus violent et on n’en attendait pas moins de la plus grande puissance du monde. Nous étions avertis, le Président Trump l’avait martelé à longueur de discours électoraux : l’ordre mondial tel qu’il le percevait ne convenait plus à l’Amérique qu’il représentait. Et étant en capacité sinon de le détruire du moins d’en modifier les lignes, il appliquait son programme en dénonçant les accords qu’il estimait contraires aux intérêts immédiats des Etats-Unis : Cop21, union transpacifique, ALENA, compromis sur le nucléaire iranien, etc. Ces coups de poignard répétés sur le système du monde tel qu’il a été supporté par les Etats-Unis eux-mêmes depuis 1945 ont effectivement l’effet dévastateur recherché par son protagoniste sur l’ordre mondial.

Lire la suite

Abonnés

Les articles « e-agir » de septembre sont en ligne !

Les nouveaux articles de notre rubrique « e-agir » dédiée à l’analyse stratégique sont arrivés ! Voici la liste des nouveautés pour le mois de septembre :

Dans le Dossier Chine-Afrique, vous pourrez découvrir les articles suivants :

  • Les relations sino-africaines, un modèle de coopération Sud-Sud, par Bai Yang et Liu Lingling, journalistes au Quotidien du Peuple
  • La coopération Chine-Afrique va écrire une nouvelle page d’histoire, par Wang Hongyi, chercheur associé à l’Institut des études d’Asie occidentale et d’Afrique à l’Académie chinoise des sciences sociales
  • Coopération sino-africaine : bilan et perspectives, par Yan Yu, journaliste à l’édition outre-mer du Quotidien du Peuple
  • Il faut pousser la coopération sino-africaine à un niveau plus élevé, par Zhang Penghui, Zou Song et Ji Peijuan, journalistes au Quotidien du Peuple
  • La Chine et l’Afrique construisent ensemble un avenir brillant pour le développement vert, par Bai Yang, journaliste au Quotidien du Peuple
  • La communauté de destin entre la Chine et l’Afrique est plus florissante que jamais, par Bian Jianqiang, ambassadeur de Chine en Guinée
  • La « construction chinoise » reconnue et appréciée à l’étranger, par Lu Yanan, journaliste au Quotidien du Peuple

Lire le dossier complet…

Abonnés

La grande bascule

Jean-Dominique Giuliani – Fondation Robert Schuman – juillet 2018

L’été 2018 marquera peut-être un tournant dans les relations internationales. Les évolutions de la politique américaines, révélées brutalement par un président « cash », ne datent pas d’aujourd’hui. Elles appartiennent au même mouvement de fond que le Brexit, l’émergence de régimes populistes en Europe, l’expression du révisionnisme russe ou le retour des nationalismes partout dans le monde.
L’inexorable mouvement de globalisation, accéléré par les avancées scientifiques et leur diffusion, semble marquer un temps d’arrêt politique. La carte du monde pourrait en être redessinée.
Car c’est bien à une grande bascule que nous assistons. Lire la suite

Abonnés

Dossier Chine-Afrique (août 2018)

(textes communiqués par LI Yongchun, correspondant à Paris du Quotidien du Peuple)

1/ Les relations sino-africaines, un modèle de coopération Sud-Sud
Bai Yang et Liu Lingling, journalistes au Quotidien du Peuple

Le Sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine 2018 (FCSA-FOCAC) se tiendra du 3 au 4 septembre dans la capitale chinoise. Selon des experts et chercheurs du monde diplomatique interrogés par les journalistes, les relations sino-africaines sont devenues un modèle d’unité et de coopération avec les pays en développement, soit un modèle de coopération Sud-Sud. Le prochain sommet de Beijing du FCSA devrait offrir à la Chine et à l’Afrique de nouvelles opportunités pour élaborer une stratégie de développement et de construction d’une communauté de destin plus étroite entre la Chine et l’Afrique. Lire la suite

Abonnés

ACTUEL 49 – Le Yémen, nouvel épicentre stratégique ?

Alors que nous émergeons à peine de quelques décennies post-guerre froide aussi chaotiques qu’opaques, la tectonique des puissances révèle les grandes failles qui fracturent le monde et le rendent historiquement toujours aussi prolifique. Si nous ne sommes plus au commencement de l’Histoire, nous sommes assurés d’être aussi loin de son terme, car l’humanité est comme le fleuve d’Héraclite, l’eau qui y coule n’est jamais la même. Qu’on ait discerné un « sens de l’histoire » qui s’accorderait à une dynamique est-ouest universelle ne signifie pas son épuisement aux côtes californiennes mais, bien au contraire, sa capacité à poursuivre le mouvement ailleurs ou à le réinventer par-dessus l’océan Pacifique. Personne ne nous condamne à un retour au « précolombien », tout nous invite à enclencher le énième cycle de notre Histoire. Malgré la caricature qu’en fit Marx, nous savons que l’Histoire ne se répète pas et qu’il conviendrait que nous soyons capables d’en discerner les évolutions, notamment celles qui affectent nos mécanismes stratégiques. Lire la suite

Abonnés

« Une ceinture, une route »

ou
le versant chinois de la mondialisation1

En avril 2013, quelques mois seulement après son intronisation au poste suprême du Parti Communiste Chinois (PCC) et dès son investiture à la présidence de la République populaire de Chine, XI Jinping a évoqué l’idée d’un « rêve chinois » – Zhongguo mèng -, en réalité un dessein qu’il indiquait comme ligne de vie au peuple chinois : « restaurer la gloire passée de la Chine et de l’Etat, rappeler le désir séculaire d’une Chine moderne, riche et puissante, rendre les Chinois fiers et heureux afin de maintenir la stabilité sociale ». Ce rêve ne relève pas du mirage ou de l’utopie, comme des Occidentaux rationalistes pourraient le comprendre, mais bien d’une perspective qui, pour être éloignée dans le temps, n’en consiste pas moins en un « projet » et un objectif en termes stratégiques. Lire la suite

Abonnés

« Une ceinture, une route »

ou
le versant chinois de la mondialisation1

En avril 2013, quelques mois seulement après son intronisation au poste suprême du Parti Communiste Chinois (PCC) et dès son investiture à la présidence de la République populaire de Chine, XI Jinping a évoqué l’idée d’un « rêve chinois » – Zhongguo mèng -, en réalité un dessein qu’il indiquait comme ligne de vie au peuple chinois : « restaurer la gloire passée de la Chine et de l’Etat, rappeler le désir séculaire d’une Chine moderne, riche et puissante, rendre les Chinois fiers et heureux afin de maintenir la stabilité sociale ». Ce rêve ne relève pas du mirage ou de l’utopie, comme des Occidentaux rationalistes pourraient le comprendre, mais bien d’une perspective qui, pour être éloignée dans le temps, n’en consiste pas moins en un « projet » et un objectif en termes stratégiques. Lire la suite

Abonnés

Nouvelles de Chine (avril 2018)

Une nouvelle sélection d’articles est disponible dans l’édition d’avril 2018 de nos « Nouvelles de Chine », consultable dans la rubrique e-agir.

Vous pourrez y découvrir les articles suivants :

  • Discours de clôture du Président XI Jinping (APN)
  • 2013-2018 : les brillants résultats de l’initiative « Une Ceinture, une Route », par Zhu Dongjun, journaliste au Quotidien du Peuple
  • La Chine a signé 16 accords de libre-échange impliquant 24 pays et régions, par Wang Yunsong, journaliste au Quotidien du Peuple
  • Economie : le bon départ de l’économie chinoise en 2018, par Lu Yanan et Du Yifei, journalistes au Quotidien du Peuple
  • Ce qu’il faut savoir sur la réforme du système de gouvernement chinois, par Zhu Dongjun, journaliste au Quotidien du Peuple
  • Le réseau ferroviaire TGV atteindra 38 000 km d’ici à 2025, Li Yingqi, journaliste au Quotidien du Peuple

Lire l’article…

Abonnés

Nouvelles de Chine – avril 2018

Discours de clôture du Président XI Jinping (APN)

Le président chinois Xi Jinping a prononcé mardi 20 mars 2018 un discours lors de la réunion de clôture de la première session de la 13e Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois). Voici le texte intégral :

Chers députés,
J’ai été élu lors de cette session pour continuer d’assumer le poste de président de la République populaire de Chine (RPC). Je voudrais exprimer ma sincère gratitude pour la confiance qui m’a été témoignée par tous les députés et le peuple chinois de tous les groupes ethniques.
C’est une mission glorieuse et une lourde responsabilité que d’occuper ce grand poste de président de la République populaire de Chine. Comme toujours, je remplirai avec fidélité les responsabilités qu’impose la Constitution, serai fidèle à la patrie et au peuple, accomplirai mon devoir scrupuleusement, ferai de mon mieux, serai diligent au travail et resterai dévoué. Je continuerai à être le serviteur du peuple, accepterai la surveillance du peuple et ne trahirai en aucun cas la grande confiance de tous les députés et du peuple chinois de tous les groupes ethniques.
Aussi haut que soit le poste que l’on occupe, tout le personnel des organes de l’Etat doit fermement garder à l’esprit que notre république est la République populaire de Chine, à toujours accorder la priorité au peuple dans son cœur, à toujours servir le peuple sans réserve, et à toujours travailler dur pour les intérêts et le bonheur du peuple. Lire la suite