Archives mensuelles : mai 2015

Abonnés

Le port de Mariel, projet clé du nouveau Cuba, par Antoine Rivière

Antoine Rivière
Chercheur associé à l’IPSE

Une nouvelle étape dans le rapprochement entre Washington et la Havane

Le tête-à-tête historique entre Barack Obama et Raul Castro en marge du 7e sommet des Amériques, le 11 avril 2015 à Panama, marque une nouvelle étape dans la normalisation des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba. A la lumière des réformes politiques entreprises, des volontés d’ouverture économique et de coopération avec l’ensemble du continent, les autorités cubaines veulent clairement faire évoluer la situation sur tous les plans.
Le chantier qui se déroule actuellement à Mariel, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de la Havane, est l’un des projets déterminants de la stratégie cubaine.

Lire la suite

Abonnés

Du hasard à l’impuissance, une histoire sommaire de l’action stratégique (4)

Si Nicolas Machiavel peut être considéré comme l’inspirateur politique de la stratégie moderne, René Descartes en a posé les fondements philosophiques. Le Discours de la méthode est à l’origine de la démarche qui est au centre du mécanisme que nous allons décrire. Disposer de moyens – financiers, humains, techniques – et avoir la volonté de s’en servir, selon les préconisations de Machiavel, ne suffit ni à conduire efficacement l’action ni à atteindre les objectifs. Il y faut en outre une claire observation de la situation, une capacité de remettre en cause les habitudes – ou les certitudes -, enfin une rationalisation des choix. Lire la suite

Abonnés

Chine-Russie : renforcement des relations et manœuvres en mer Méditerranée

Pour certains observateurs, le premier exercice naval conjoint des forces navales chinoises et russes en mer Méditerranée montre la détermination des deux pays à vouloir renforcer leurs liens militaires au milieu de conflits internationaux potentiels.
Les analystes voient aussi cette action de la mi-mai comme un signe que la Chine est pleinement capable et prête à protéger ses intérêts commerciaux où les pays de la région, tels que la Libye et la Syrie, ont été témoins d’une escalade des tensions. Lire la suite

Abonnés

Nouveau monde 2.0, par Jean-Claude Félix-Tchicaya

Le monde change. Changeons et évoluons positivement.

Jean-Claude FÉLIX-TCHICAYA, Sociologue, Consultant en Géostratégie

Nous sommes à un moment charnière de notre Histoire nationale et supranationale où l’on peut voir le monde de façon inquiétante pour ce qu’il a de déstabilisant, de tragique, de dramatique, mais aussi de façon exaltante quant aux bouleversements actuels. Pour toutes les générations vivantes aujourd’hui, nous vivons dans un monde 2.0.
En effet, la puissance du numérique nous fait aller plus loin, plus vite, plus fort, aussi bien sur le plan positif et constructif que sur celui de la discorde, des ambiances délétères multiformes, de l’esprit belliciste, velléitaire, des dérives sectaires et terroristes qui affirment leurs puissances destructrices et idéologiques.

Lire la suite

Abonnés

« La France, un destin guerrier »

rddm-elm-600x875La Revue des Deux Mondes a publié, dans son numéro du mois de mai, un article du Général de La Maisonneuve, intitulé « La France, un destin guerrier ».

« Aussi loin que l’on remonte dans notre histoire nationale, la France a dû se battre pour exister : elle « fut faite à coups d’épée », selon la formule célèbre qui ouvre la France et son armée, une des œuvres phares de Charles de Gaulle. Elle a été contrainte à la guerre en raison de la volonté d’indépendance toujours affirmée par ses dirigeants successifs, contrariant ses dispositions géographiques et son environnement politique, forçant le destin qui la vouait à n’être, sous la férule des insulaires anglais ou des cousins germaniques, que l’aboutissement majeur du grand continent eurasiatique. La France a voulu exister par elle-même face aux convoitises de ses voisins. Elle y est parvenue malgré tout, mais au bout de ce long chemin d’épreuves, elle semble fatiguée voire épuisée de s’être tant battue, et surtout déçue d’en revenir au point initial : son interrogation européenne. Sauf à trancher ce nœud gordien, il lui faudra encore se battre, en Europe ou à ses marges, dans le monde plus lointain dans lequel son histoire s’est inscrite. Et pour cela comme par le passé, la France devra s’appuyer sur son armée, une armée à la mesure des enjeux au centre desquels elle s’est volontairement placée. […] »

Lire l’article dans son intégralité…
Plus d’informations sur le site de la Revue des Deux Mondes