Archives pour la catégorie Actualités

Abonnés

La Chine des « cinq cailloux »

Alors que les médias et la littérature spécialisée ne cessent, selon les cas, de dénoncer, de redouter ou d’exalter la néo-puissance chinoise, l’analyse attentive d’un certain nombre de faits laisse à penser que cette vision occidentalo-centrée est peut-être excessive et sans doute décalée. Ce qui suggère ce questionnement réside pour l’essentiel dans ce qui est pour nous une incohérence, en tout cas une absence de logique entre les « attendus » et les résultats apparents, entre ce qui parait problématique et la réalité. Comment un système en plein essor et déjà si puissant pourrait-il avoir autant de « cailloux dans la chaussure », des vulnérabilités et des déséquilibres aussi flagrants dans ses éléments fondamentaux ? Comment la seconde économie mondiale pourrait-elle continuer de progresser sur des bases politiques, économiques, démographiques, environnementales manifestement aussi bancales ? La doxa chinoise poursuit en aveugle les louanges d’un système que le Parti s’empresse d’ériger comme modèle de développement, selon le consensus de Pékin, alors que, selon nos critères, ce système devrait se condamner lui-même, à terme assez proche, au déclin et à l’échec. Lire la suite

Abonnés

Asialyst – 6 juin 2021 – XI JINPING peut-il rester ?

Itw d’Alex Payette – Asialyst

Les dés son jetés : Xi Jinping sera le Vladimir Poutine de la Chine, son « président à vie ». C’est l’analyse la plus répandue à l’étranger, en particulier en Occident, depuis la fin du 6e plenum du Comité central du Parti, le 11 novembre dernier à Pékin. Voilà un leader « tout-puissant » dans le Parti qui emmène son pays dans une « nouvelle ère », selon l’expression de la « pensée Xi Jinping ». La réalité est pourtant plus complexe. Chroniqueur régulier dans Asialyst, le sinologue Alex Payette explique pourquoi cette analyse ne tient pas debout.

Lire la suite

Abonnés

SINOCLE – 7 janvier 2022 – Là où Dieu n’est pas passé

« J’entends par Dieu un être absolument infini c’est-à-dire une substance consistant en une infinité d’attributs dont chacun exprime une essence éternelle et infinie ». Il restera de toute éternité mathématiquement impossible pour un Chinois, si lettré et philosophe fût-il, d’écrire la proposition VI du premier livre de l’Ethique de Spinoza. Lire la suite

Abonnés

SINOCLE – 11 novembre 2021 – L’Occident, attraction fatale ou repoussoir stratégique ?

La guerre pour la modernité est une guerre féroce. L’Occident qui s’en est longtemps attribué le monopole n’en est plus le seul héros. De nombreuses puissances émergées ou émergentes lui contestent désormais le titre au nom de leur vision singulière. Et la Chine est devenue l’épicentre de la contestation mondiale du monopole occidental de la modernité. Avec une obsédante question : suffit-il qu’une puissance se modernise pour prétendre à la modernité ? Lire la suite

Abonnés

Bloc-notes 7 – juillet-août 2021 – suite et fin

Quel que soit à terme le sort de la pandémie à coronavirus, je ne vais pas continuer éternellement d’accompagner ses péripéties, ses trop-pleins et ses déliés momentanés…On n’en finirait pas de commenter, comme je l’ai entrepris depuis dix-huit mois, les défauts de l’analyse, les erreurs d’appréciation et les imbroglios velléitaires de maîtrise de sa propagation. Si la sentence est assurément péremptoire, il faut aussi reconnaître honnêtement que l’art de gouverner dans le brouillard est difficile. Que nous en ayons encore pour quelques mois si la vaccination fait massivement son office de « grande muraille », complétée faut-il le souhaiter par quelque avancée thérapeutique, ou pour plusieurs années à cause de rebonds provoqués par des variants toujours plus intrusifs, le mal est fait si l’on peut dire. Et c’est pourquoi il faut s’en échapper autant que faire se peut et porter le regard bien au-delà ; et ce, avec l’aide de la « méthode » complexe d’Edgar Morin (qui vient de fêter son centenaire), tous azimuts et dans tous les domaines, sans en exclure aucun tant le monde est sensible à tous les vents d’influence et se rassasie à tous les râteliers, surtout s’ils sont abondés par les technologies x.0.

Lire la suite

Abonnés

Bloc-notes 6

Journal Avril-mai 2021

La tribune de « Place d’Armes »

Voilà une initiative (malheureuse) d’une poignée de militaires à la retraite conduite par un « quarteron » de généraux en deuxième section qui va faire couler autant d’encre que de salive. D’abord, et c’est l’essentiel, parce qu’ils ont raison sur le fond : la France fout le camp et chaque jour de délitement nous rapproche d’une catastrophe ; annoncée depuis longtemps par nos édiles, à commencer par Gérard Collomb, orfèvre en la matière, en quittant le ministère de l’Intérieur à l’automne 2018. Ensuite, parce qu’en se présentant ès qualités ils mettent l’Etat régalien en porte à faux : laisser imaginer et surtout croire à un climat putschiste dans les Armées relève d’un abus de confiance effectivement condamnable ; personne ne doit jouer avec l’honneur des Armées même et surtout sous prétexte de défendre celui de la nation. A cette aulne, si défendre l’honneur conduit à mépriser l’intelligence, les auteurs et signataires auraient mieux fait de s’abstenir. Enfin, lorsqu’on écrit une adresse au pays ou aux gouvernants, ce qui est manifestement le cas, on s’entoure de précautions lexicales et syntaxiques, on fait en sorte que « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement » et qu’on parvienne à ne pas prêter à interprétation. Or, le texte est confus ou du moins dans sa formulation prête à confusion : en cas de guerre civile, nos camarades d’active seraient amenés à intervenir ne peut rien signifier d’autre que si, pour maintenir ou rétablir l’ordre républicain, le gouvernement n’a d’autre recours que de faire appel aux forces de troisième catégorie, alors l’armée sera employée dans ce type de mission. Cette hypothèse n’est pas absurde quand on sait à quel point les forces de première et deuxième catégorie (police et gendarmerie) sont à bout de potentiel et ont été ces derniers temps à peine capables de contenir les débordements des émeutiers. Le problème que semblent ignorer ces retraités manifestement peu au fait des réalités militaires contemporaines est que nos Armées dans leur configuration et leur état actuels sont, faute de moyens et d’effectifs, dans l’incapacité de se substituer aux forces de maintien de l’ordre ; sauf à leur venir en appui, ce qui les exclut par définition de l’engagement proprement dit contre la « chienlit » envisagée.

Lire la suite

Abonnés

Asialyst – 6 juin 2021 – Cent ans du Parti communiste chinois Xi Jinping ou la lutte sans fin

par Alex Payette

Le 1er juillet prochain, la Chine célèbrera le centenaire du Parti communiste. Le rendez-vous est d’une haute sensibilité politique car il marque une étape dans le chemin qui mène Xi Jinping au XXe Congrès du parti à l’automne 2022. Le numéro un chinois est en pleine lutte des factions pour assurer son maintien au pouvoir pour un troisième quinquennat inédit depuis le début des Réformes de Deng Xiaoping. Cette lutte est la continuation d’une lutte anti-corruption lancée en 2013 et qui s’est transformée en purge sans fin contre le réseau de pouvoir de l’ancien président Jiang Zemin. Où en est le jeu de chaises musicales au sommet du pouvoir chinois en vue de 2022 ?

Lire la suite

Abonnés

SINOCLE – 26 mai 2021 – Une modernisation sans modernité

La sonde martienne Tianwen nous envoie des vidéos d’Utopia Planitia, vaste plaine de l’hémisphère nord de Mars. La CNOOC vient d’achever la construction de la plus grande plateforme de production pétrolière du pays en Mer de Chine méridionale. Et Yuan Longping, l’inventeur du riz hybride, est mort cette semaine à 91 ans. Ces trois remarquables réalisations de la technoscience chinoise encore inimaginables il y a vingt ans sont l’occasion de mieux comprendre la question de la technique en Chine.

Lire la suite

Abonnés

Bloc-notes 5

Journal de la pandémie février-mars 2021

Vendredi 12 février – l’année du « buffle de métal »

Aujourd’hui, à califourchon sur les 12 et 13 février, les Chinois (et bien d’autres Asiatiques partout dans le monde) fêtent le Nouvel An, symbolisé par le buffle (ou bœuf) de métal, un des cinq éléments de la cosmogonie ancestrale (avec le feu, le bois, la terre et l’eau). Nous quittons donc le rat, connu pour être messager d’épidémies, qui inaugurait fin janvier 2020 un nouveau cycle de douze ans en même temps, en l’ignorant encore, qu’une pandémie proprement dévastatrice. Le buffle, puissant et travailleur, tenace et sobre, nous permettra-t-il de sortir d’un cycle aussi mal engagé ou, au contraire, sous le joug de son mentor, creusera-t-il son sillon dans la même direction incertaine, en attendant en 2022 un tigre de bois plus prometteur car plus audacieux ? Si les symboles ont un sens (et une utilité), celui-ci ne semble guère porteur de la refondation que les effets de la pandémie rendent aussi nécessaire qu’urgente.

Lire la suite