e-agir

Abonnés

Note sur les questions de défense

à l’attention des candidats à l’élection présidentielle

Ce n’est qu’en période de danger que les Français sortent de leur insouciance coutumière et s’intéressent à leur sécurité. Au cœur de celle-ci, la « défense » n’occupe pourtant qu’une place secondaire, tant le sujet est rébarbatif et, surtout, présenté exclusivement en termes financiers par les « experts » et par les responsables militaires eux-mêmes. Or, s’il est vrai que la « défense » est budgétivore depuis ses origines, ses prétentions financières doivent être argumentées et, surtout, assises sur les exigences que lui confère sa « mission ». Fixer ainsi à 2% du PIB le niveau de l’effort de défense est parfaitement artificiel, celui-ci n’étant pas nécessairement corrélé aux performances économiques et ne reflétant en aucun cas la réalité des menaces qui peuvent peser sur la nation.

Lire la suite

Abonnés

Le Gouvernement du désir

Hervé Juvin – Le débat, Gallimard, 2016

« …Le capitalisme libéré du réel par la finance de marché n’a pas de plus bel allié que le désir sans fin, pas de plus docile esclave que l’homme désirant sans fin. La libération aura servi à ça ; mettre le désir humain au service de l’ordre de la société de l’individu. Multiplier le désir, voilà à quoi nos sociétés s’emploient, avec un enthousiasme qui en effet change le monde, les vies, et bouleverse deux ou trois choses que nous croyions savoir de l’économie, de la société et du pouvoir.

Lire la suite

Abonnés

Un défi de civilisation

Jean-Pierre Chevènement – Fayard, 2016

La globalisation, mère du chaos mondial

« En modifiant la hiérarchie des puissances, la seconde mondialisation libérale…a complètement bouleversé la géopolitique mondiale…Elle a creusé les écarts entre pays émergents, vieux pays industriels et pays immergés, voire faillis.

Vingt ans après la chute de l’URSS, c’est la Chine qui est devenue pour les Etats-Unis le principal compétiteur mondial. En 2011, le Président Obama a annoncé la stratégie du « pivot » vers l’Asie, c-a-d le basculement de la majorité des bâtiments de la flotte américaine de l’Atlantique vers le Pacifique. En Europe même, l’Allemagne a progressivement imposé, vingt-cinq ans après sa réunification, une forme à la fois originale et instable de leadership, une sorte de Saint-Empire euro-américain…

Lire la suite

Abonnés

Questions chinoises – mars 2017

1/ En 2016 la croissance chinoise a éclipsé les autres économies
Par Lu Yanan et Wang Weijian, journalistes au Quotidien du Peuple

Malgré une économie mondiale atone, la Chine a enregistré en 2016 une croissance du PIB de 6,7% en glissement annuel, atteignant 74,41 trillions de yuans, éclipsant les grandes puissances de la planète. Avec une contribution de 33,2%, la Chine demeure un moteur clé de la croissance mondiale…

…Il s’agit du taux de croissance la plus faible depuis 1991, ce qui a déclenché un débat du côté des législateurs et décideurs politiques quant à savoir si l’économie chinoise peut atteindre un certain sommet, et maintenir un essor moyen à grande vitesse, et garder ses forces motrices… Pour Liu Zhibiao, membre du Comité national de la CCPPC et enseignant à l’Université de Nanjing, une inquiétude du marché sur l’économie chinoise n’était pas fondée, car malgré un taux de croissance inférieur à celui des années précédentes, le chiffre reste en tête à l’échelle mondiale.

Lire la suite

Abonnés

Inquiétudes françaises

Novembre 2016

Eric de La Maisonneuve

La situation de la France est inquiétante. Sans sombrer dans un pessimisme subversif ni encourager un catastrophisme irréaliste que l’état général et comparatif du pays ne justifie pas (encore), on doit prêter la plus grande attention à une dégradation régulière et constante depuis au moins une vingtaine d’années de la plupart des critères qui sont utilisés pour évaluer la plus ou moins bonne santé d’un pays. Pour ce qui concerne la France, le double constat est celui de son déclassement dans le monde et en Europe ainsi que de la décomposition de la société française. L’un ne va d’ailleurs pas sans l’autre car la France est un pays univalent dont les ressorts, externes et internes, sont étroitement mêlés. Observation qui conduit d’emblée et en préalable à affirmer que la voie du redressement ne peut être ni technique ni partielle mais doit procéder d’une vision claire, profonde et lointaine de ce que pourrait et devrait être l’avenir du pays. Lire la suite

Abonnés

D’une civilisation à l’autre…

Il s’agit ici d’hypothèses. Nous sommes tellement environnés de certitudes qu’il faut cette précaution de style pour oser s’aventurer sur un chemin aussi critique que celui de la distinction entre les deux civilisations qui structurent notre monde, l’occidentale et l’orientale, la première européo-américaine, la seconde essentiellement asiatique et chinoise. Lire la suite

Abonnés

Le Monde au défi

Hubert Védrine – Fayard, 2016, pp 69 à 72

« …venons-en au principal défi actuel en Eurasie et en Afrique : l’affrontement mondial au sein de l’Islam entre le 1% terroriste, au maximum, ….et les autres. Plusieurs scénarios sont possibles. A cheval sur la Syrie et l’Irak, l’Etat islamique peut s’enkyster, malgré la coalition occidentalo-sunnite et la coalition russo-iranienne, toutes deux plus ou moins convergentes et qui lui ont fait perdre du terrain depuis 2015. L’organisation terroriste peut toujours essayer de déstabiliser une partie du Liban, de la Jordanie, et le nord-ouest de la péninsule arabique. Des entités associées se sont implantées et tentent de s’enraciner au Yémen – d’où la guerre qui fait rage – au Sinaï, en Libye, au Sahel, autour du lac Tchad. Comme elles l’auraient fait au Mali, jusqu’à Bamako, si la France ne s’était pas mise au travers, à la demande et au soulagement des Africains et avec l’accord du Conseil de sécurité. Lire la suite

Abonnés

La nouvelle révolution stratégique et/ou la certitude de la guerre, par Eric de La Maisonneuve

Septembre 2016

Si on se réfère à l’histoire, les risques statistiques de la guerre peuvent d’autant moins être écartés qu’une longue période de brouillard stratégique a permis à certains opérateurs du monde de travailler dans l’ombre et d’avancer masqués.
Dans cette optique et compte tenu de la forte dégradation de la situation géostratégique ici ou là, l’éventualité d’une « vraie » guerre – régionale à répercussion mondiale – doit être sérieusement envisagée. La périphérie est-européenne, les zones moyen-orientale et sahélienne, les mers de Chine, autant d’espaces de frictions déclenchées pour des raisons essentiellement géopolitiques mais aussi économiques et religieuses. Les ingrédients habituels de la guerre sont ainsi réunis en divers points de la planète, en même temps que s’arment ou se réarment de nombreux pays concernés par ces différends. Vingt-cinq ans après la fin de la guerre froide et les utopies pacifistes qui ont suivi, les réalités du monde nous rattrapent et nous imposent leur brutale logique. Nous voguons ainsi, depuis plus d’un siècle, d’une candide naïveté géopolitique à une frénésie guerrière nationaliste. Il semble bien que la trêve pacifiste soit près de s’achever. Lire la suite

Abonnés

Le retour de la violence en Europe, par Jean-Dominique Giuliani*

La politique en Europe ressemble de plus en plus au football. L’Euro 2016 se joue d’abord, pour les casseurs, à coups de pieds et de poings dans les tribunes et dans les rues. Drôle de sport! Il en va de même en politique. Les populistes sont aussi montés à l’assaut de l’Union européenne, à coup de mensonges grossiers, de slogans rassis voire raciaux, d’arguments nauséabonds. Partout sur le continent, extrémistes, nationalistes et mouvements anti-élites trouvent dans la construction européenne une cible facile qui résume à elle seule leur colère envers leurs dirigeants. Ici aussi les casseurs d’idées ont la vedette.

Lire la suite