Abonnés

ACTUEL 63 – La guerre « hors la guerre »

En quelques mois, depuis fin février, il semblerait, non pas qu’on ait seulement effacé un siècle de conflictualité pour en revenir aux guerres immobiles, dévastatrices et interminables des tranchées de 1915, mais qu’on soit projeté plus de cinq siècles en arrière, à la fin du moyen-âge, aux cruautés des guerres de religion mêlées aux hécatombes des épidémies de peste ; aux temps antérieurs au « jus ad bellum » et au « jus in bello », ceux de la guerre « sauvage » des milices (à l’exemple du groupe Wagner), que les codes et tournois de chevalerie n’avaient fait qu’estomper et seulement pour quelques-uns : le chevalier Bayard, brave et sans reproche, fut tué « par derrière » d’un coup d’arquebuse, arme pourtant condamnée par la Papauté. Cette juridisation de la guerre en même temps que sa militarisation ne l’ont guère adoucie mais lui ont donné un cadre qui, depuis la Confession d’Augsbourg, les Traités de Westphalie et les écrits de Hugo Grotius, n’a cessé de se renforcer et d’inciter les nations à limiter les exactions de leurs soldats.

Lire la suite

Abonnés

Sinocle (mai-juin 2022)

Le piège du point culminant

Il y a dans la pensée de la guerre de Clausewitz deux concepts très utiles pour comprendre la dangerosité de notre monde. Le premier est celui du centre de gravité, le second celui du point culminant. Le centre de gravité est la source où chaque protagoniste puise sa force et son énergie. Cette source peut être matérielle ou immatérielle, technologique ou idéologique, démographique ou énergétique. En neutralisant le centre de gravité de son adversaire, on prend une option sérieuse sur la victoire. Le point culminant est ce point où une offensive victorieuse risque de compromettre tous les bénéfices de la victoire en faisant un pas de trop, pas fatal qui permet au défenseur de reprendre l’initiative et de déstabiliser à son tour l’agresseur.

Lire la suite

Abonnés

ACTUEL 62 – Le sort de l’Europe

Après la décision brutale en cette date symbolique du 22/02/2022 où le président russe a pris de court tous ses interlocuteurs en reconnaissant l’indépendance des deux oblasts séparatistes du Donbass, on pouvait encore croire à un coup de bluff ou, mieux, à la poursuite de la stratégie de grignotage de son étranger proche par le maître du Kremlin. Cette hypothèse semblait corroborée par les propos de l’ancien président Dimitri Medvedev le 21 février et rapportés par Le Monde : « Si on sait se montrer patients, ils se lasseront et ils reviendront vers nous pour parler sécurité stratégique et stabilité ». Les événements du 24 février sont venus démentir cette hypothèse relativement optimiste du pourrissement de la situation qui a prévalu après les coups de force précédents en Ossétie géorgienne, en Transnistrie moldave et en Crimée. Nous sommes tous confrontés désormais à la seule réalité qui est celle de la guerre.

Lire la suite

Abonnés

La Chine des « cinq cailloux »

Alors que les médias et la littérature spécialisée ne cessent, selon les cas, de dénoncer, de redouter ou d’exalter la néo-puissance chinoise, l’analyse attentive d’un certain nombre de faits laisse à penser que cette vision occidentalo-centrée est peut-être excessive et sans doute décalée. Ce qui suggère ce questionnement réside pour l’essentiel dans ce qui est pour nous une incohérence, en tout cas une absence de logique entre les « attendus » et les résultats apparents, entre ce qui parait problématique et la réalité. Comment un système en plein essor et déjà si puissant pourrait-il avoir autant de « cailloux dans la chaussure », des vulnérabilités et des déséquilibres aussi flagrants dans ses éléments fondamentaux ? Comment la seconde économie mondiale pourrait-elle continuer de progresser sur des bases politiques, économiques, démographiques, environnementales manifestement aussi bancales ? La doxa chinoise poursuit en aveugle les louanges d’un système que le Parti s’empresse d’ériger comme modèle de développement, selon le consensus de Pékin, alors que, selon nos critères, ce système devrait se condamner lui-même, à terme assez proche, au déclin et à l’échec. Lire la suite

Abonnés

Asialyst – 6 juin 2021 – XI JINPING peut-il rester ?

Itw d’Alex Payette – Asialyst

Les dés son jetés : Xi Jinping sera le Vladimir Poutine de la Chine, son « président à vie ». C’est l’analyse la plus répandue à l’étranger, en particulier en Occident, depuis la fin du 6e plenum du Comité central du Parti, le 11 novembre dernier à Pékin. Voilà un leader « tout-puissant » dans le Parti qui emmène son pays dans une « nouvelle ère », selon l’expression de la « pensée Xi Jinping ». La réalité est pourtant plus complexe. Chroniqueur régulier dans Asialyst, le sinologue Alex Payette explique pourquoi cette analyse ne tient pas debout.

Lire la suite

Abonnés

SINOCLE – 7 janvier 2022 – Là où Dieu n’est pas passé

« J’entends par Dieu un être absolument infini c’est-à-dire une substance consistant en une infinité d’attributs dont chacun exprime une essence éternelle et infinie ». Il restera de toute éternité mathématiquement impossible pour un Chinois, si lettré et philosophe fût-il, d’écrire la proposition VI du premier livre de l’Ethique de Spinoza. Lire la suite

Abonnés

SINOCLE – 11 novembre 2021 – L’Occident, attraction fatale ou repoussoir stratégique ?

La guerre pour la modernité est une guerre féroce. L’Occident qui s’en est longtemps attribué le monopole n’en est plus le seul héros. De nombreuses puissances émergées ou émergentes lui contestent désormais le titre au nom de leur vision singulière. Et la Chine est devenue l’épicentre de la contestation mondiale du monopole occidental de la modernité. Avec une obsédante question : suffit-il qu’une puissance se modernise pour prétendre à la modernité ? Lire la suite

Abonnés

ACTUEL 61 – Tempête dans le Pacifique

A sa manière solitaire, sans référence à ses alliances européennes ou transatlantiques, au nom de ses territoires et des intérêts maritimes qui y sont attachés, et aussi pour faire valoir les capacités de ses arsenaux, la France avait conclu un contrat de vente de sous-marins conventionnels (diesel-électrique) avec l’Australie. Un contrat de long terme et considérable en termes financiers, mais un contrat limité sur le plan technologique et modeste au regard des enjeux stratégiques dans la zone indo-pacifique. Négocié dans les années 2010, alors que le pivot américain vers l’Asie s’amorçait et que la Chine de Xi Jinping réfrénait encore ses proclamations guerrières, il ne pouvait prendre la mesure des mouvements géopolitiques qui concernent aujourd’hui cette partie désormais primordiale du monde, sauf à anticiper sur des évolutions qui eussent été prévisibles à condition toutefois d’entretenir un dialogue avec les principaux acteurs de la zone incriminée, à commencer par les Chinois. Lire la suite

Abonnés

Bloc-notes 7 – juillet-août 2021 – suite et fin

Quel que soit à terme le sort de la pandémie à coronavirus, je ne vais pas continuer éternellement d’accompagner ses péripéties, ses trop-pleins et ses déliés momentanés…On n’en finirait pas de commenter, comme je l’ai entrepris depuis dix-huit mois, les défauts de l’analyse, les erreurs d’appréciation et les imbroglios velléitaires de maîtrise de sa propagation. Si la sentence est assurément péremptoire, il faut aussi reconnaître honnêtement que l’art de gouverner dans le brouillard est difficile. Que nous en ayons encore pour quelques mois si la vaccination fait massivement son office de « grande muraille », complétée faut-il le souhaiter par quelque avancée thérapeutique, ou pour plusieurs années à cause de rebonds provoqués par des variants toujours plus intrusifs, le mal est fait si l’on peut dire. Et c’est pourquoi il faut s’en échapper autant que faire se peut et porter le regard bien au-delà ; et ce, avec l’aide de la « méthode » complexe d’Edgar Morin (qui vient de fêter son centenaire), tous azimuts et dans tous les domaines, sans en exclure aucun tant le monde est sensible à tous les vents d’influence et se rassasie à tous les râteliers, surtout s’ils sont abondés par les technologies x.0.

Lire la suite